Rentrée littéraire

Chaque année en France, entre fin août et mi-septembre, on assiste à une explosion du nombre de publications de livres, essentiellement de fiction.

La stratégie des éditeurs est de préparer la période de Noël (meilleure période de l’année pour les ventes) et également de rendre possible l’obtention d’un des prix littéraire de l’automne (prix Goncourt, prix Renaudot, prix Médicis…).

Difficile de s’y retrouver face à toutes ces nouveautés pour le lecteur lambda…

Voici donc une sélection de romans, effectuée sur la base des critiques des médias.

rentree1Il faut beaucoup aimer les hommes, de Marie Darrieussecq, P.O.L.

«Une femme rencontre un homme. Coup de foudre. L’homme est noir, la femme est blanche. Et alors?»

rentree2Nue, de Jean-Philippe Toussaint, les Editions de Minuit.

« La robe en miel était le point d’orgue de la collection automne-hiver de Marie. À la fin du défilé, l’ultime mannequin surgissait des coulisses vêtue de cette robe d’ambre et de lumière, comme si son corps avait été plongé intégralement dans un pot de miel démesuré avant d’entrer en scène. Nue et en miel, ruisselante, elle s’avançait ainsi sur le podium en se déhanchant au rythme d’une musique cadencée, les talons hauts, souriante, suivie d’un essaim d’abeilles qui lui faisait cortège en bourdonnant en suspension dans l’air, aimanté par le miel, tel un nuage allongé et abstrait d’insectes vrombissants qui accompagnaient sa parade. »

Nue est le quatrième et dernier volet de l’ensemble romanesque MARIE MADELEINE MARGUERITE DE MONTALTE, qui retrace quatre saisons de la vie de Marie, créatrice de haute couture et compagne du narrateur : Faire l’amour, hiver (2002) ; Fuir, été (2005) ;La Vérité sur Marie, printemps-été (2009) ; Nue, automne-hiver (2013).

rentree3Le quatrième mur, de Sorj Chalandon, Grasset.

« L’idée de Sam était belle et folle : monter l’Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé.
Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m’a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l’a fait promettre, à moi, petit théâtreux de patronnage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m’offre brutalement la sienne… »

rentree4Ormuz, de Jean Rolin, P.O.L.

Wax, un personnage aux contours indécis, plus tout jeune, et sans doute un peu mythomane, a formé le projet de traverser à la nage le détroit d’Ormuz, bien que, même dans sa partie la plus resserrée, jamais moins d’une quarantaine de kilomètres n’en sépare les deux rives. Afin de préparer cette performance  par des repérages, des prises de contacts, des analyses plus ou moins fantaisistes de la situation politico-militaire… –, et d’en tenir la chronique, Wax s’est assuré le concours de celui qui dit « je » dans ce récit. Récit dont la trame est formée tant par les tergiversations de Wax que par les pérégrinations de ce narrateur, maritimes ou terrestres, d’abord sur les eaux du Golfe puis sur les deux rives, l’arabe et la perse, de celui-ci. Et si faibles que paraissent ses chances de succès, Wax, pour finir, se lancera tout de même dans cette audacieuse tentative de franchir le détroit d’Ormuz à la nage.

Les résumés sont des éditeurs.

Partagez vos coups de coeur en commentaire!

A propos Le français en direct

cours particuliers de français par internet / French private lessons with Skype
Cet article, publié dans nouvelles de France, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s